Communiqués de presse

Concours annuel - Technologie de l'architecture

Le Département d’architecture est fier de présenter son concours annuel et sa relève étudiante dans le cadre du cours Projet d’architecture VI.

M. Michaël Vallée est nommé gestionnaire administratif aux Projets et infrastructures du Collège de Rimouski

Le comité exécutif du Collège de Rimouski est heureux d’annoncer la nomination de monsieur Michaël Vallée à titre de gestionnaire administratif à la coordination des Projets et infrastructures de la Direction des ressources financières, matérielles et informationnelles.

M. Vallée collaborera, entre autres, à la mise en oeuvre des projets de réfection et d’aménagement sur l’ensemble du parc immobilier du Collège de Rimouski.

Diplômé en génie du bâtiment au Cégep de Rimouski, M. Vallée a travaillé dans plusieurs organisations en tant que technicien en mécanique du bâtiment, notamment chez Méridien maritime, à l’UQAR et chez LGT. Il occupait récemment un poste de chef d’équipe chez LGT où il était responsable de la coordination de plusieurs projets et de la gestion des chantiers.

Son expérience et sa polyvalence seront assurément des atouts pour le Collège.

L’entrée en poste de M. Vallée est prévue le 26 avril prochain.

Félicitations et bienvenue dans l’équipe!

Bonne retraite à M. Nicolas Parent

Le Collège de Rimouski souhaite profiter de l’occasion pour remercier M. Nicolas Parent qui occupait ce poste jusqu’à tout récemment. M. Parent a oeuvré pour le Collège de Rimouski pendant 25 ans. Nous lui souhaitons une belle retraite bien méritée!

Au sujet du Collège de Rimouski

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Collège de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Fort de ses trois composantes que sont le Cégep de Rimouski, l’Institut maritime du Québec et le Centre matapédien d’études collégiales, le Collège de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2 600 étudiantes et étudiants au-delà de 30 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et dispense des services de formation continue à plus de 7000 personnes. Par leur travail, plus de 600 personnes collaborent à sa réussite.

La Fondation du Cégep de Rimouski remet des bourses d’admission

La Fondation du Cégep de Rimouski procédait récemment à la remise des diverses bourses encourageant la relève étudiante de l’établissement.

Bourses d’admission

En juin dernier, le personnel enseignant des écoles secondaires du territoire déterminait les lauréates et les lauréats des promesses de bourses d’admission au sein de leurs établissements respectifs. Ces promesses de bourses ont ainsi été faites à des étudiantes et à des étudiants de cinquième secondaire pour l’excellence de leur dossier scolaire ou pour l’amélioration significative de celui-ci.

Les huit lauréates et lauréats répondant aux conditions ont donc reçu leur bourse. Celles-ci totalisent 2 250 $. La Fondation et la Ville de Rimouski sont fières d’être partenaires de leur réussite!

À l’avant, madame Andréane Pelletier, trésorière de la Fondation du Cégep de Rimouski. Elle est entourée de madame Noémie Morin, boursière, et de monsieur Daven Vézina-Dolbec, boursier. Madame Lyse Pelletier, boursière, est absente de la photographie.

À l’avant, monsieur Marc Parent, maire de Rimouski, entouré des boursières et des boursiers. À gauche, mesdames Sandy Jessica Royer, Cassandra Rioux-Couture et monsieur Simon-Pierre Bélanger. À droite, monsieur Antoine Fournier et madame Pascale Lévesque.

Bourses de la rentrée

Pour soutenir les inscriptions à certains programmes techniques, la Fondation a également remis deux bourses d’une valeur de 1 500 $ chacune, qui se répartissent sur les trois années d’études des gagnants.

Monsieur Gabriel Laferrière, boursier du programme Technologie de l’électronique, est accompagné de madame Linda Séguin, directrice de la Fondation du Cégep de Rimouski (à gauche), et de madame Jocelynn Meadows, directrice des études au Cégep de Rimouski (à droite).

Monsieur Andrew Essiembre, boursier du programme Technologie de mécanique industrielle, est accompagné de madame Linda Séguin, directrice de la Fondation du Cégep de Rimouski.

Félicitations aux boursières et aux boursiers!

À propos de la Fondation du Cégep de Rimouski

La Fondation agit en collaboration avec le Cégep, les acteurs socio-économiques régionaux ainsi qu’avec les étudiantes et les étudiants, comme levier de créativité, d’innovation et de dynamisme pour l’enrichissement du milieu collégial. Elle participe au développement de projets dynamiques et structurants favorables au développement de la communauté.

Fondée en 1988, la Fondation remet des bourses de diverses natures et appuie en grand nombre les projets étudiants qui répondent à sa mission.

Au sujet du Cégep de Rimouski

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Cégep de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Le Cégep de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2200 étudiantes et étudiants 27 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et donne des services de formation continue à plus de 5000 personnes. Par leur travail, plus de 500 personnes collaborent à sa réussite, et ce, depuis plus de 50 ans.

Xavier Duchesne prendra part à la Super Expo-sciences Hydro-Québec, finale québécoise

L’Expo-sciences Hydro-Québec, finale régionale de l’Est du Québec, en mode virtuel s’est conclue avec succès lors de la cérémonie de remise de prix. Le travail de plusieurs exposants fut récompensé, dont celui de Xavier Duchesne, étudiant au Cégep de Rimouski, pour son projet nommé Lancer une Fusée d'un Ballon ?

Xavier prendra part à la Super Expo-sciences Hydro-Québec, finale québécoise 2021, en avril.

Félicitations!

Le programme Techniques de diététique souligne le Mois de la nutrition

Dans le cadre du Mois de la nutrition 2021, l’équipe des Techniques de diététique nourrit sa communauté de bonnes idées et d’une foule d’informations pertinentes pour placer la saine alimentation à l’avant-plan des habitudes de vie à adopter.

Par le biais de capsules d’information créées par les étudiantes et les étudiants de première année, de conseils nutritionnels, d’outils pratiques et de recettes, les enseignantes et leurs étudiantes et étudiants partagent ainsi leur expertise avec la population. Visitez leur page Facebook pour en apprendre davantage! Les sujets abordés y sont nombreux, de l’obésité infantile aux viandes biologiques en passant par des recettes pour cuisiner avec des enfants ou l’impact de la caféine sur la santé, pour ne nommer que ceux-ci.

Au sujet du programme Techniques de diététique

Grâce à une équipe enseignante énergique, le programme Techniques de diététique propose des cours variés s’adaptant aux besoins des étudiantes, des étudiants, des milieux de travail et de l’industrie. Malgré le contexte de la pandémie, les activités en laboratoire, essentielles à l’acquisition des compétences visées par cette formation, ont pu se dérouler en présence, dans le respect des normes sanitaires.

Le programme Techniques de diététique forme des professionnelles et des professionnels qui travailleront dans l’un des quatre champs de compétences suivants : la gestion de services alimentaires, la nutrition appliquée à diverses clientèles, la technologie des aliments et l’inspection des aliments.

Inscriptions en cours

Les inscriptions sont en cours pour former la prochaine cohorte d’étudiantes et d’étudiants qui seront accueillis au Cégep l’automne prochain. Il est aussi possible de s’inscrire à Étudiant d’un jour pour valider son choix.

Pour faire une demande d’admission, il suffit de se rendre sur le site Web du Service régional d’admission au collégial de Québec (SRACQ).

Avec ses 27 programmes d’études de qualité, son expérience étudiante distinctive ainsi que des équipes pédagogiques et psychosociales bienveillantes offrant un soutien adapté aux besoins de la communauté étudiante, le Cégep de Rimouski est assurément un choix gagnant.

Pour les parents des futures étudiantes et des futurs étudiants, un Guide à l’intention des parents est maintenant en ligne. Celui-ci offre une multitude d’informations pertinentes pour comprendre le secteur collégial et faciliter l’adaptation du rôle parental durant cette transition scolaire.

Au sujet du Cégep de Rimouski

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Cégep de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Le Cégep de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2200 étudiantes et étudiants 27 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et donne des services de formation continue à plus de 5000 personnes. Par leur travail, plus de 500 personnes collaborent à sa réussite, et ce, depuis plus de 50 ans.

Les étudiantes et les étudiants en Arts visuels exposent leurs oeuvres

L’exposition HORS LES MURS est présentée par les étudiantes et les étudiants du programme Arts visuels du Cégep de Rimouski à la Galerie d’art Léonard-Parent, du 17 au 26 mars 2021.

Les règles sanitaires et la capacité maximale de la galerie doivent être respectées. Pour toute visite en groupe de cinq personnes ou plus, veuillez prendre rendez-vous pendant les heures d’ouverture de la galerie. Vous pouvez consulter l’horaire ici.

Prix collégial du cinéma québécois – Une septième édition virtuelle très riche au Cégep de Rimouski

C’est sous le thème « Cinq films qui font jaser » que s’est déroulée la nouvelle édition du Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ) au Cégep de Rimouski. Coordonnée pour une septième année par l’option Cinéma et médias, l’activité s’est tenue de manière virtuelle pour respecter les règles sanitaires. Dix étudiantes et étudiants provenant de différents programmes d’études ont eu à visionner, au cours des dernières semaines, cinq films québécois réalisés en 2020. Par la suite, ils ont eu à échanger, à débattre et, finalement, à identifier le grand gagnant du concours à Rimouski.

Les films en lice étaient :

  • JUSQU’AU DÉCLIN, de Patrice Laliberté
  • NADIA, BUTTERFLY, de Pascal Plante
  • JE M’APPELLE HUMAIN, de Kim O’Bomsawin
  • MAFIA INC., de Podz
  • LES ROSE, de Félix Rose

Pour la première fois en sept ans, deux films sont arrivés ex æquo à la fin des délibérations locales. Les films Les Rose, du cinéaste Félix Rose, et Je m’appelle humain, de Kim O’Bomsawin, ont tous deux remporté les faveurs du jury rimouskois. Comme le souligne Caroline Laberge, enseignante de cinéma : « Même si nous avons tenu cette activité de manière virtuelle, les délibérations du jury ont été riches, animées et très formatrices pour tout le monde. Les deux documentaires ont vraiment plu aux étudiantes et aux étudiants, qui ont fait preuve de rigueur, d’ouverture et de curiosité lors des échanges. »

Le jury rimouskois délèguera maintenant Françoise Dion, une étudiante du programme Arts, lettres et communication, option Théâtre, comme représentante du Cégep de Rimouski aux délibérations nationales qui se dérouleront en mode virtuel les 26 et 27 mars prochains. Cette grande délibération nationale regroupera des étudiantes et des étudiants de plus de 50 cégeps provenant de toutes les régions du Québec.

Voici quelques réactions du jury étudiant :

Je m’appelle humain – « Étant quelqu’un qui n’aime généralement pas beaucoup les documentaires, Je m’appelle humain m’a fait davantage apprécier ce genre. La direction photo est magnifique tout comme la bande sonore, et Joséphine Bacon fait en sorte que le film est touchant du début à la fin. » Mélisane Leblanc-Pageau, Arts, lettres et communication, option Création littéraire

Les Rose – « C’est impressionnant tout le temps qu’a pris Félix Rose pour réaliser le film. La promesse faite à son père avant de mourir de faire un film sur lui m’a beaucoup touché. La quantité d’archives et de travail derrière le film est très impressionnante. » - Florence Landry, Arts, lettres et communication, option Cinéma et médias

Je m’appelle humain – « Pour la réalisation féminine et le fait de présenter un personnage féminin hors du commun. La forme du récit (poèmes/images). Choisir ce film permettrait de mettre en lumière ce peuple peu connu au cinéma et, par le fait même, de donner une importance au fait qu’ils font, eux aussi, partie de l’histoire québécoise. » Marie-Frédérique Lemieux, Arts, lettres et communication, option Cinéma et médias

Les Rose – « Parce que j’ai pu en apprendre plus sur l’histoire de mon pays… ma province et sur un personnage qui est selon moi hyper important. Étrangement, c’était le film qui me tentait le moins, mais qui m’a le plus parlé et le plus touché. » Gabriel Proulx, Arts, lettres et communication, option Cinéma et médias

Au sujet du Cégep de Rimouski

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Cégep de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Le Cégep de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2200 étudiantes et étudiants 27 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et donne des services de formation continue à plus de 5000 personnes. Par leur travail, plus de 500 personnes collaborent à sa réussite, et ce, depuis plus de 50 ans.

Le cinéaste André Gladu au Cégep de Rimouski

Atelier/conférence avec les étudiantes et les étudiants de l’option Cinéma et médias

Le cinéaste André Gladu participera via Web à une rencontre avec les étudiantes et les étudiants du programme Arts, lettres et communication, option Cinéma et médias du Cégep de Rimouski, ce mercredi 10 mars à 12 h.

M. Gladu offrira une conférence sur le cinéma documentaire dans le cadre du cours Atelier cinéma, un cours offert aux étudiantes et aux étudiants de première année qui auront eux-mêmes à réaliser un portrait documentaire comme projet de fin de session.

Comme le souligne Alain Dion, enseignant de cinéma : « Nous sommes vraiment très heureux et très choyés d’accueillir André Gladu dans ce cours. M. Gladu est l’un des pionniers du mouvement cinématographique documentaire appelé “cinéma direct”, mouvement qui a longtemps fait la renommée de notre cinéma national. Il a entre autres coréalisé la série Le son des français d’Amérique avec le cinéaste Michel Brault, série qui a été classée “mémoire du monde” par l’UNESCO en 2017. Cette rencontre permettra aux étudiantes et aux étudiants de découvrir une page importante de l’histoire du cinéma québécois et de profiter de la vaste expérience de ce cinéaste. C’est une activité pédagogique vraiment enrichissante pour nos jeunes, qui, dans quelques semaines, auront eux aussi à réaliser un projet documentaire. »

Au sujet du Cégep de Rimouski

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Cégep de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Le Cégep de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2200 étudiantes et étudiants 27 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et donne des services de formation continue à plus de 5000 personnes. Par leur travail, plus de 500 personnes collaborent à sa réussite, et ce, depuis plus de 50 ans.

Les 12 cégeps des régions éloignées unissent leurs voix

Les directions générales de 12 cégeps de régions éloignées sont fières d’annoncer la création du Regroupement des cégeps de régions (RCR), une instance qui découle d’un comité qui a été formé il y a un an et qui s’officialise aujourd’hui.

Le ministère de l’Enseignement supérieur (MES) a mis de l’avant, au début de 2020, un nouveau cadre de gestion de l’offre de formation collégiale. Ce chantier de travail vise à réviser les devis scolaires, soit le nombre d’étudiants autorisés dans chaque cégep et les autorisations de nouveaux programmes d’études.

Le Regroupement des cégeps de régions (RCR) a proposé au ministère de l’Enseignement supérieur (MES) des pistes de solutions, regroupées sous trois thématiques :

  1. Assurer l’accessibilité à la formation collégiale en région par l’élargissement de l’offre de formation.
  2. Augmenter le potentiel attractif des cégeps en région par l’amélioration des infrastructures.
  3. Favoriser la mobilité étudiante sur le plan tant interrégional qu’international.

C’est en réponse à la démarche proposée pour la réalisation de ces travaux qu’est né le RCR pour demander au MES d’adopter une approche qui tient compte des besoins différenciés d’une région à l’autre et d’inclure la voix des régions éloignées dans l’ensemble de la démarche.

« Nous demandons au ministère de poursuivre, avec nous, les travaux entamés, afin de garantir que nos établissements puissent réaliser tous les aspects de leur mission, soit : d’assurer l’accessibilité aux études supérieures par une offre de programmes de qualité, tant à l’enseignement régulier qu’en formation continue, sur l’ensemble du territoire québécois, puis de réaliser des projets de recherche et d’innovation et, finalement, de participer avec des ministères, organismes et autres partenaires à des initiatives de développement régional, national et international », de préciser madame Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière et porte-parole pour le RCR.

À la voix des directions des cégeps s’ajoute celle des membres des conseils d’administration des établissements d’enseignement : « L’accès à l’enseignement supérieur demeure un enjeu important, particulièrement dans les régions éloignées des grandes villes comme Montréal et Québec. Le territoire québécois offre une multitude de points de service permettant de poursuivre des études collégiales. Un atout précieux qu’il faut maintenir, voire mettre de l’avant. La qualité, la diversité et la vitalité de l’offre de formation dans les cégeps de région sont fondamentales pour maintenir notre capacité à retenir et à attirer des jeunes et des travailleurs dans nos régions », de renchérir monsieur Gilles Déry, président du conseil d’administration du Cégep de Chicoutimi.

Rappelons que le Regroupement des cégeps de régions est composé de 12 cégeps répartis dans cinq régions administratives (Abitibi-Témiscamingue, Bas-Saint-Laurent, Côte-Nord, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Saguenay–Lac-Saint-Jean). En plus de leur campus principal, ces cégeps ont la responsabilité de trois écoles nationales affiliées, neuf centres d’études collégiales et 17 centres collégiaux de transfert de technologie.

Projet de formation innovant pour les techniciennes et les techniciens du secteur de la construction à ossature de bois

Après deux ans d’étroite collaboration, Formabois (Comité sectoriel de main-d’oeuvre du bois), Cecobois (Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois) et la Formation continue du Cégep de Rimouski sont fiers d’annoncer la concrétisation du développement d’un projet de formation innovant dans le secteur de la construction à ossature de bois au Québec. C’est l’industrie elle-même, via l’association des Manufacturiers de structures de bois du Québec (MSBQ), qui est à l’origine de ce projet porteur réalisé en étroite collaboration avec des experts, des entreprises et des organismes impliqués dans le domaine.

Forts de leur leadership et de leur expertise respective, et constatant les besoins criants de formation de la main-d’oeuvre dans ce secteur, les partenaires ont uni leurs forces afin d’élaborer un parcours de formation visant l’amélioration et la consolidation du savoirfaire des techniciennes et des techniciens dans le secteur de la construction à ossature de bois, ainsi que le développement des compétences des futures personnes impliquées dans ce secteur.

« Il s’agit d’une annonce qui s’inscrit totalement dans la volonté du gouvernement de créer une culture de formation continue. En outre, la mise sur pied de projets de formation spécialisée dans des domaines où la demande est forte est plus qu’essentielle pour s’assurer de répondre aux nombreux besoins de main-d’oeuvre qualifiée. Je suis très heureux de soutenir, à hauteur de 913 000 $, la création de ce premier parcours de formation spécifique aux structures en bois. Il contribuera certainement au développement des compétences et du savoir-faire dans l’industrie québécoise de la transformation du bois, qui emploie près de 30 000 travailleurs répartis dans toutes les régions du Québec. C’est une richesse incontournable de maintenir l’expertise québécoise tant pour les employeurs que pour les travailleurs », souligne M. Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« Le succès du projet est le résultat d’une disponibilité, pas toujours évidente, et de la passion des partenaires du secteur. Avec cette formation, l’industrie des structures en bois pourra ainsi améliorer les connaissances de base de ses nouveaux employés. L’utilisation des nouvelles technologies pour la diffusion permettra également d’assurer une formation continue pour la conception de structures en bois et réduire les délais qui conduiront les employés à l’autonomie. Cette formation contribuera à améliorer les compétences et la compétitivité du secteur », mentionne M. Réjean St-Arnaud, directeur général de Formabois.

« L’implication étroite des fabricants de structures en bois dans le développement de contenus de formation en partenariat avec le Cégep de Rimouski et Cecobois a été remarquable et a grandement contribué au succès de l’initiative. Cet engagement témoigne de leur volonté de trouver des solutions pour répondre aux besoins criants en main-d’oeuvre qualifiée dans leur secteur », souligne Louis Poliquin, directeur de Cecobois.

« Le comité sectoriel de main-d’oeuvre Formabois a fait preuve de leadership en ralliant les expertises et les talents requis pour établir des contenus de formation dans le domaine novateur de la construction à ossature de bois. Il faut également mentionner le rôle majeur qu’a joué Cecobois dans la coordination du développement des notions techniques de ce domaine. La scénarisation des notions techniques et leur intégration dans la plateforme d’apprentissage, formalisées en 40 modules de formation asynchrone, démontrent la capacité de notre établissement à s’adapter aux réalités nouvelles du marché du travail. Les contraintes contextuelles nous mènent vers ce type de solution et le Cégep de Rimouski est fier de contribuer à cette initiative structurante et innovante », Julie Gasse, directrice à la Direction des formations continues et du développement institutionnel du Cégep de Rimouski.

La formation consiste en une série de 40 modules asynchrones, c’est-à-dire suivis de façon autonome sur Internet. Ceux-ci sont en lien avec les compétences techniques nécessaires pour travailler dans l’industrie québécoise de la construction à ossature de bois, mais aussi auprès des fabricants de bâtiments en bois préfabriqués ainsi qu’auprès de certaines firmes de professionnels. Les modules sont regroupés en cinq blocs qui abordent les différentes notions en lien avec la conception des composants, des éléments plus spécifiques concernant les murs, les poutrelles et les fermes de toit, ainsi que les aspects à prendre en compte pour les produits destinés à l’exportation.

À ce jour, aucun programme de formation technique structuré et spécifique à la construction à ossature de bois n’est encore offert, ni au Québec ni dans l’est du Canada, et ce, malgré la présence de plus de 300 travailleurs dans l’industrie.

La formation sera offerte dès l’été 2021 pour les techniciennes et les techniciens souhaitant développer leurs compétences dans le domaine. Pour plus de détails, visitez le www.formabois.ca.

Pages