Expérience de mobilité enseignante : Stéphane Duguay est de retour du Japon

Enseignant en Techniques de l’informatique au Cégep de Rimouski, Stéphane Duguay s’est rendu à Tokyo du 3 au 14 juin dernier, dans le cadre du Programme de soutien à la mobilité enseignante au collégial, financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et géré par la Fédération des cégeps. 

Reçu par le professeur Hironori Washizaki et son assistant, monsieur Daisuke Saito, à la Waseda University de Tokyo, Stéphane a pu bénéficier de l’expertise de ces derniers en ce qui a trait à la didactique de la programmation informatique, champ de recherche qu’il a en commun avec le japonais de renommée internationale. « Nous copublierons un article scientifique sur l'apprentissage et l'enseignement de la programmation informatique dans le cadre de ma recherche Multinational and Multilevel Framework for Computer Science Curricula Comparison » mentionne Stéphane. 

« Un des défis est que l’enseignement et l’apprentissage de la programmation sont différents d’un pays à l’autre. Les niveaux scolaires ne sont pas arrimés; c’est difficile de comparer, de trouver les équivalences et de reconnaître des compétences dans ce domaine au niveau international. Mon expérience au Japon m’a permis de découvrir certains outils pour internationaliser la formation », ajoute-t-il. 

Milieu de travail exceptionnel et différences culturelles

Avoir accès aux connaissances, aux commentaires et à l’expertise de M. Washizaki sur son projet était une grande chance pour l'enseignant rimouskois. Toutefois, l’expérience ne fut pas de tout repos. « Mon travail était supervisé de façon exécutive. J’avais accès au professeur environ 10 minutes par jour, nos échanges étaient planifiés et minutés rigoureusement », explique-t-il. Le monde du travail s’est avéré très différent de la collégialité vécue au Québec. Journées de travail de douze heures, gestion du temps très serrée, grande hiérarchie dans les rapports professionnels, sans oublier la climatisation des laboratoires...réglée à 27 degrés. « Disons qu’on est plus confortables à Rimouski! », lance Stéphane. « Dans la faculté où j’étais, il y avait un petit musée où étaient exposés les premiers robots humanoïdes qui furent développés là », ajoute-t-il, encore impressionné par les lieux. 

Apprentissage actif en classe

Dans le cadre de son séjour à l’université japonaise, Stéphane a aussi eu la chance de faire de l’observation de classe. « C’était fort intéressant, les cours sont moins magistraux, malgré que ce soit au niveau universitaire. Le concept de classe d’apprentissage actif (CLAAC) est très présent; les étudiants y font entre autres de la programmation en équipe ».

Tout comme dans le contexte professionnel, la hiérarchie et l'efficacité sont au coeur des relations entre les étudiants et leurs enseignants. « Pour maximiser le temps de classe, les enseignants courent littéralement vers les étudiants lorsque ceux-ci ont une question. Les échanges sont brefs, sans aucune familiarité. De plus, les étudiants ont peu de vie personnelle; ils habitent loin, passent énormément de temps dans les transports, sont à l'université douze heures par jour. C'est un rythme extrême du point de vue d’un Nord-Américain », raconte-t-il. 

Fait intéressant, la compétence en programmation informatique est abordée au Japon comme une compétence de base, au même titre que la lecture par exemple. « La programmation est enseignée aux enfants de 5 à 12 ans dans certaines écoles. J’ai d’ailleurs pu observer une classe de niveau primaire où les enfants participent à des projets et expérimentent tout cela », conclut Stéphane, qui travaille désormais à rassembler les informations colligées et à poursuivre ses travaux de recherche, en plus de son enseignement au Cégep de Rimouski. 

Le programme de soutien à la mobilité enseignante au collégial permet à des enseignantes et à des enseignants d’enrichir leurs connaissances, leur expérience et leurs pratiques, tant sur le plan disciplinaire que pédagogique, grâce à la réalisation d’un court séjour de ressourcement, d’enseignement ou de recherche à l’étranger. 

Pour plus d’information : 

www.fedecegeps.qc.ca/international/programmes-de-mobilite/programme-de-s...

Au sujet du programme

Le programme Techniques de l’informatique du Cégep de Rimouski a pour objectif de former des programmeuses et programmeurs généralistes ayant la capacité de s'adapter aux technologies informatiques actuelles et futures. L’approche est orientée vers la réalisation de projets et l’intégration des nouvelles technologies informatiques.  La formation comprend aussi des notions en réseautique et en support technique. 

Au sujet du Cégep de Rimouski 

Établissement d’enseignement supérieur solidement implanté dans son milieu, le Cégep de Rimouski se distingue par son dynamisme et par l’excellence de la formation qui y est offerte. Le Cégep de Rimouski est considéré comme un acteur important du développement régional. Il offre à 2200 étudiantes et étudiants 27 programmes d’études préuniversitaires et techniques dans des domaines variés et donne des services de formation continue à plus de 5000 personnes. Par leur travail, plus de 500 personnes collaborent à sa réussite, et ce, depuis plus de 50 ans.

Fichiers: